Cimetière Notre-Dame-des-Neiges | Des citoyens incapables de faire enterrer leurs proches – La Presse

Consulter lapresse.ca
Liens utiles
PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE
Le cimetière Notre-Dame-des-Neiges, mercredi
Des usagers du cimetière Notre-Dame-des-Neiges s’impatientent : sans assistance, certains ne sont même pas en mesure de faire enterrer les cendres de leurs proches décédés. Le syndicat attribue la situation au manque criant de personnel, bien connu dans le quartier.
« Ma mère est décédée le 15 juin dernier, et j’essaie de contacter le cimetière depuis le 20 juin. Je n’ai jamais eu de nouvelles. Soit on me dit que la responsable est en vacances, soit on prend mes informations, soit ci ou soit ça. Mais il n’y a jamais rien qui se passe », fustige Lilianne Geerts avec émotion.
Cela fait donc deux mois qu’elle tente d’enterrer sa mère, dont les parents ont déjà un lot au cimetière.
Ça devrait être si simple. Mais non, je n’ai jamais de réponses claires. Je vous dis : je suis à veille d’y aller avec ma pelle pour le faire moi-même.
Lilianne Geerts, au téléphone
Sur les réseaux sociaux, plusieurs autres personnes s’accordent autour des propos de Mme Geerts. « C’est pitoyable comme cimetière. Je suis allée voir ma mère et j’ai été incapable de trouver la pierre tombale tellement c’est mal entretenu. Le gazon est tellement long. […] J’ai appelé au cimetière pour faire part de la situation et l’agent au téléphone m’a carrément envoyée promener. Quelle honte. Aucun respect pour les défunts », écrit notamment Stéphanie Payton.
« Personne ne répond au téléphone, on doit laisser un message sur la boîte vocale, sauf qu’elle est régulièrement pleine et la ligne coupe », ajoute Jacques Legault. Autant de commentaires qui ne surprennent pas Mme Geerts. « Ils ne retournent pas les appels de personne. Dans mes démarches, j’ai même eu vent qu’à la fin de la journée, ils suppriment les boîtes vocales sans prendre les messages. Il y a vraiment quelque chose qui ne tourne pas rond », insiste-t-elle.
PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE
Le cimetière Notre-Dame-des-Neiges, mercredi
Le président du Syndicat des employés de bureau du cimetière Notre-Dame-des-Neiges, Éric Dufault, ne se dit pas surpris par cette situation. « Depuis qu’ils ont commencé à couper le personnel qu’on dit à la direction : vous allez manquer de soldats pour traiter le volume de services dont vous avez besoin », indique-t-il.
« On a des familles qui veulent prévoir une mise en terre, mais tout ça fait partie d’un service qu’on n’est pas toujours en mesure de livrer avec la quantité de personnel limitée. Certains collègues me disent qu’ils ont 50 messages en un matin, donc ils bloquent leur ligne. Ils ne peuvent plus en prendre », avoue M. Dufault.
À l’employeur, il ne demande qu’une chose : de la transparence.
Qu’on ne prétende pas donner un service aux familles quand ce n’est pas le cas. Qu’on ne fasse pas semblant qu’on est encore le joyau de Montréal. Qu’on le dise clairement qu’on est à court de personnel. Bref, qu’on soit transparent avec les familles. On est constamment mis dans une situation où on doit s’excuser aux familles, alors que ce n’est pas notre faute.
Éric Dufault, président du Syndicat des employés de bureau du cimetière
Du côté du Syndicat des travailleuses et travailleurs du cimetière Notre-Dame-des-Neiges, le président Patrick Chartrand se désole aussi de la situation. « On n’a jamais eu un aussi bas nombre d’employés, et ça paraît. Il y a beaucoup de travaux saisonniers, pour le gazon et l’aménagement paysager, qui se font avec le personnel réduit au maximum. Et au bureau, les gens qui restent sont débordés, ils ont de la misère à retourner les appels », admet-il au bout du fil.
PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE
Le cimetière Notre-Dame-des-Neiges, mercredi
À la fin de mai, La Presse rapportait, photos à l’appui, que les mauvaises herbes envahissent le cimetière. Par endroits, les tombes disparaissent carrément sous la végétation sauvage. « C’est affreux », avait alors lâché Debra Czop, les deux genoux dans la terre. Depuis une demi-heure, avec sa mère, Anne Czop, elle nettoyait le petit quadrilatère autour de la tombe familiale.
« J’ai été voir la direction. J’ai demandé s’ils pouvaient s’assurer qu’au moins le gazon serait coupé. On m’a dit qu’il fallait que je fasse une demande spéciale », s’était alors aussi insurgée Anne Czop, avant de reprendre le sécateur au sol.
L’an dernier, 26 employés – surtout à des postes d’entretien – ont été mis à pied. L’employeur a justifié sa décision par « des problèmes financiers », au moment où la pandémie de COVID-19 venait de bousculer le budget de nombreuses entreprises, dit Patrick Chartrand. Les syndicats sont en négociation avec l’employeur depuis quatre ans. Les employés du cimetière sont donc sans contrat de travail depuis décembre 2018.
Appelée à réagir, la direction du cimetière Notre-Dame-des-Neiges n’a pas rendu les nombreux appels et courriels de La Presse, mardi. Aucun représentant n’a répondu à nos questions par courriel.
Infolettre
La matinale
Chaque matin, du lundi au vendredi, les plus grosses nouvelles de la journée y sont commentées et résumées par un journaliste.
Inscrivez-vous avec votre compte
La Presse
Liz Cheney, une dissidente prête à sacrifier sa carrière et mettre en jeu sa vie pour défendre ses principes, pour protéger la démocratie américaine contre Donald Trump ? Quiconque suivait de près la carrière de la fille aînée de Dick Cheney en aurait fortement douté jusqu’à l’automne 2020.
Un exploitant minier convoite un gisement de graphite situé en partie dans un parc régional des Laurentides à vocation de conservation et prisé des adeptes de plein air. Des citoyens et des élus s’inquiètent de voir son territoire défiguré par une mine, qui mettrait aussi en péril un projet récréotouristique de 2,5 millions.
Si la tendance se maintient, les tentatives de suicide et les suicides de détenus seront en hausse dans les 18 prisons du Québec cette année comparativement à l’an dernier.
Jean-François Roberge assure qu’aucune classe ne sera orpheline cette année
(Ottawa) De nouvelles sonnettes d’alarme se font entendre sur la colline du Parlement au sujet du traitement réservé à la langue française. D’une part, le Bureau du Conseil privé soutient qu’il n’a pas l’obligation de veiller à ce que les documents du gouvernement fédéral réclamés par un comité de la Chambre des communes soient dans les deux langues officielles. D’autre part, une association d’interprètes cache mal son inquiétude de voir que la Chambre des communes envisage de faire appel à des travailleurs non certifiés pour interpréter à distance les travaux parlementaires.
(Ottawa) Un comité de députés canadiens cherche à obtenir l’approbation budgétaire pour effectuer un voyage commercial à Taïwan cet automne, malgré le risque d’aggraver les tensions avec la Chine.
Deux conducteurs se trouvent dans un état critique après être entrés en collision au terme d’une poursuite policière mercredi.
Richard Mayrand, ex-membre des anciens Nomads et proche du défunt chef guerrier des Hells Angels Maurice Boucher, a été arrêté par les agents des services frontaliers, le 28 février dernier à Montréal.
(Ottawa) Un acte de vandalisme commis en face de l’ambassade de la Russie à Ottawa par trois jeunes hommes qui se tenaient non loin d’une voiture avec des plaques d’immatriculation diplomatiques est sur le radar des autorités policières. Le Congrès des Ukrainiens canadiens s’en indigne, et la ministre Mélanie Joly « suit l’affaire de près ».
(Ottawa) Le poids du français continue de reculer au Québec et dans l’ensemble du pays tandis qu’un nombre croissant de Canadiens parlent une autre langue que le français ou l’anglais à la maison, selon les données du recensement de Statistique Canada publiées mercredi. Cette tendance inquiète Québec et préoccupe Ottawa.
Les délais dans le renouvellement des baux au sein de l’Office municipal d’habitation de Montréal (OMHM), qui risque d’endetter les locataires à leur insu, est « inacceptable », selon le cabinet de la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation. À Montréal, on indique que « c’est une priorité pour notre administration que chaque personne puisse se loger. »
(Montréal) Une vaste opération de lutte contre le trafic de stupéfiants, notamment de la cocaïne, s’est tenue sur la couronne nord de Montréal mercredi matin.
L’ex-conjoint violent de l’influenceuse Elisabeth Rioux, Bryan McCormick, demeurera en prison. Il vient de se faire refuser la libération conditionnelle après un mois de détention, les autorités jugeant que le jeune homme n’a pas démontré « une sincère motivation à investir une réelle démarche de changement ».
La Police provinciale de l’Ontario (OPP) a déposé mercredi trois nouvelles accusations de meurtre au premier degré contre Brian Nadler, ce médecin québécois déjà accusé du même crime en lien avec un décès survenu en mars 2021 à l’Hôpital général de Hawkesbury.
Les allégations d’agression sexuelle visant le cardinal Marc Ouellet suscitent déjà leur lot de réactions au Québec. L’ombudsman de l’archidiocèse de Montréal, MMarie Christine Kirouack, qui a fait paraître mercredi son rapport annuel, avoue être « très sollicitée » par des victimes dans la foulée de cette affaire.
Le ministère de l’Éducation fait appel à un médiateur pour tenter de dénouer l’impasse dans les négociations des contrats de transport scolaire, qui menace de laisser des dizaines de milliers d’élèves sans autobus à moins de deux semaines de la rentrée.
Nos applications
Contact
Services
Archives
Suivez La Presse
Légal
© La Presse Inc. Tous droits réservés.
Conditions d’utilisation| Politique de confidentialité| Registre de publicité électorale| Code de conduite

source



A propos de l'auteur

Avatar of Backlink pro
Backlink pro

Ajouter un commentaire

Backlink pro

Avatar of Backlink pro

Prenez contact avec nous

Les backlinks sont des liens d'autres sites web vers votre site web. Ils aident les internautes à trouver votre site et leur permettent de trouver plus facilement les informations qu'ils recherchent. Plus votre site Web possède de liens retour, plus les internautes sont susceptibles de le visiter.

Contact

Map for 12 rue lakanal 75015 PARIS FRANCE