Arts plastiques : la quatrième édition du salon de peinture du Congo … – Agence d'Information d'Afrique Centrale

S’abonner
Voir les offres
Newsletter
Contact

24-01-2023 18:58
Que le fils du défunt Nzongo Soul rende un hommage à titre posthume à son père, décédé il y a cinq ans à Paris, en publiant l’un de ses manuscrits, n’est que justice. Cet artiste mérite bien un tel honneur à travers un roman qui retrace l’aventure d’un homme qui rêvait de créer un pont entre les cultures.
Lui qui, des années durant entre Brazzaville et Paris, a su imprimer un rythme particulier à ses compositions musicales, laisse un ouvrage remarquable. Il avait inscrit toute la philosophie de son œuvre dans ce qu’il appelait « walla » qui signifie le sentiment absolu de mettre en relief la tradition orale africaine par l’écoute, la pensée et les agissements.
L’ensemble de sa création musicale était focalisé sur des valeurs inhérentes à la paix, à l’unité, à la condition humaine et à la vie tout court. Il le dira avec talent dans “Noir et blanc” de Bernard Lavilliers, chanson hommage à Nelson Mandela, et en lingala :  «Po na ba mboka nionso pe na bikolo nionso » (De tous les pays et de toutes les couleurs).
Des témoignages délivrés au cours de la présentation de l’ouvrage précité ont, d’ailleurs, convergé vers une seule idée, celle d’inviter les jeunes générations à suivre Nzongo Soul et à perpétuer son héritage musical. Une musique inspirée de sonorités venues du monde entier.  
Cet artiste a servi de modèle aux autres. Avec sa coiffe rasta, il a inspiré de nombreuses stars à travers le monde qui en ont fait leur look. Sa voix originale, son style et ses rythmes ont fait de lui un artiste exceptionnel à la tête des « Walla players ». Respect !
  
 
Les Dépêches de Brazzaville
Les plus récents
Les plus lus
Abonnement Flux RSS
Abonnement média
Offre spéciale Entreprises
Quotidien et supplément du 6eme jour livrés, site web, toute l’information sur vos secteur d’activité et votre région.
A Brazzaville ou Pointe-Noire, à partir de 10 abonnements.
Abonnez-vous
Current Size: 100%
Ouverte le 20 décembre dernier, la quatrième édition du salon de peinture du Congo qui a eu pour thème « Peinture et histoire » s’est achevée le 20 janvier au Musée cercle africain à Pointe-Noire, en présence de Jean-Louis Banthoud, directeur de cabinet du préfet.
Arts plastiques : la quatrième édition du salon de peinture du Congo ... - Agence d'Information d'Afrique Centrale
En quatre ans d’existence, le salon de peinture du Congo est devenu un événement majeur dans le domaine de l’art pictural. Pendant un mois, il permet aux peintres d’exprimer leurs talents à travers les différentes toiles exposées, fruit de leur labeur et de leur génie créateur.
 
Président du comité culturel du Musée cercle africain,  Alphonse Chardin Kala a dit qu’un mois durant, les artistes peintres venus de Paris, Kinshasa, Kigali et Brazzaville ont fait de la ville océane la capitale de l’art pictural au Congo. De par leurs diverses compositions, a-t-il poursuivi,  ces artistes peintres ont fait admirer  différents types de peinture touchant nos sens et nos émotions. « Ce dont je suis certain, c’est que nous aurons vécu cette quatrième édition comme une véritable expérience au cours de laquelle nous avons appris à encourager la créativité tant chez les artistes que chez les spectateurs. Nous avons laissé vagabonder notre imagination, chacun a vécu sa propre expérience  tant intangible  qu’émotionnelle. L’art est indispensable à la société, les créateurs et les artistes ont pour vocation d’attirer l’attention du public, de se poser des questions sur son environnement et de réfléchir sur celui-ci.  Grâce à l’art, la société va comprendre et avoir un regard plus poussé sur son quotidien », a-t-il ajouté.
 
En remerciant les organisateurs et tous les partenaires qui ont œuvré pour la réussite de l’activité, Eliezer Dinga, artiste peintre, a plaidé pour la pérennisation du salon, véritable vitrine de l’art pictural congolais.
Représentant la présidente du Conseil départemental et municipal de Pointe-Noire  et présidente de la fondation Musée cercle africain, Evelyne Tchichelle, Godeffroy Dibakala a indiqué que le salon de peinture du Congo devient un rendez-vous d’un certain prestige qui renforce l’attractivité de la ville économique. «La présence de plusieurs artistes à ce salon venus de divers pays est la preuve la plus éloquente de l’internationalisation de cet événement. Tout en nous réjouissant du thème de la présente édition qui épouse la trame de l’histoire de Pointe-Noire, ce thème explique l’histoire des ethnies de l’origine jusqu’au Congo Brazzaville, le musée Cercle africain permet d’ouvrir une porte à la compréhension de la culture et des traditions africaines très riches », a-t-il rencheri.        
Vingt-neuf artistes ont participé à ce salon dont un Rwandais, une Française, sept Congolais de Kinshasa et vingt du Congo Brazzaville. 166 toiles ont été exposées, soit six toiles en moyenne par artiste, trente-trois toiles ont été vendues dont  une de la France, une du Rwanda, quatre du Congo Kinshasa et 27 du Congo Brazzaville. Aucune des éditions précédentes n’a réalisé un tel résultat.
 
 
Lire le quotidien

source

https://seo-consult.fr/page/communiquer-en-exprimant-ses-besoins-et-en-controlant-ses-emotions

A propos de l'auteur

Avatar of Backlink pro
Backlink pro

Ajouter un commentaire

Backlink pro

Avatar of Backlink pro

Prenez contact avec nous

Les backlinks sont des liens d'autres sites web vers votre site web. Ils aident les internautes à trouver votre site et leur permettent de trouver plus facilement les informations qu'ils recherchent. Plus votre site Web possède de liens retour, plus les internautes sont susceptibles de le visiter.

Contact

Map for 12 rue lakanal 75015 PARIS FRANCE