« Après Elizabeth II, une monarchie modeste et rétrécie », selon Simon Kuper – Le Monde

Consulter
le journal
Le Combi Volkswagen n’est plus ce qu’il était
Faire payer les télécoms par les géants du Web ? La bataille sera longue
« Les volailles ukrainiennes envahissent l’Europe »
« Plus un chercheur pluridisciplinaire est performant, moins il est susceptible d’être accrédité par ses pairs »
« Rap Business » : pourquoi les rappeurs se ruinent pour jouer à Bercy
« Pour vous, elle était votre reine. Pour nous, elle était la reine » : Emmanuel Macron rend hommage à Elizabeth II
« La reine est morte, vive le roi » : la première ministre britannique Liz Truss rend hommage à la reine Elizabeth II
Mort de la reine Elizabeth II : retour sur ses voyages en France
Après les inondations au Pakistan, réinventer le soft power occidental
Une histoire du maintien de l’ordre « à la française »
« Erdogan est l’homme de contact des Russes et des Ukrainiens : il a une relation forte avec Zelensky et s’entend bien avec Poutine »
« Après Elizabeth II, une monarchie modeste et rétrécie », selon Simon Kuper
A Deauville, carton plein pour « Aftersun » et « War Pony »
« La Culture de l’inceste », sous la direction d’Iris Brey et Juliet Drouar : l’inceste, notre responsabilité collective
« 100 Jours au château de Versailles », sur C8 : le palais du Roi-Soleil côté coulisses
Mostra de Venise : le Lion d’or décerné au documentaire de Laura Poitras sur la crise des opiacés aux Etats-Unis
L’école de Kharkiv, l’angle mort de l’empire soviétique
Après la fourrure et les peaux exotiques, la laine : le bien-être des moutons mérinos enfin à la mode
S’aimer comme on se quitte : « Il mettait des paillettes dans ma vie, c’était ma seule perspective positive »
A la recherche du tempura perdu
Services Le Monde
Services partenaires
Service Codes Promo
Suppléments partenaires
Le journaliste et écrivain britannique, chroniqueur au « Financial Times » et auteur cet été d’une série d’articles très remarquée dans « Le Monde », revient dans un texte très personnel sur le profil de la reine et les risques de désunion qui menacent désormais son pays, le Royaume-Uni.
Par
Temps de Lecture 8 min.
Article réservé aux abonnés
Dans ce film amateur fou qui date probablement de 1933, Elizabeth a environ 7 ans. Elle joue dans le jardin avec sa sœur cadette Margaret, sa mère et son oncle, le prince Edouard. Tous font un salut nazi devant la caméra. C’est un tableau de l’époque : en 1933, bon nombre de Britanniques de la haute société admiraient le nouveau « Führer » anticommuniste.
Edouard devint roi en 1936, mais il abdiqua au bout de trois cent vingt-six jours pour épouser une Américaine divorcée, Wallis Simpson – un mariage considéré comme incompatible avec son rôle de chef de l’Eglise anglicane. Le père d’Elizabeth le remplaça alors sur le trône. En 1937, Edouard rendit une visite amicale à Hitler pour discuter d’un projet : devenir la figure de proue d’un mouvement international « pour la paix » dirigé par les nazis. Après la guerre, en disgrâce au Royaume-Uni, il passa le reste de sa vie en compagnie de son épouse à Neuilly-sur-Seine, près de Paris.
La jeune Elizabeth voyait deux voies possibles : Edouard représentait celle du choix personnel, en amour et en politique. George, celle du devoir : ce bègue timide, qui s’est forcé à devenir un personnage public, s’est toujours comporté en fonctionnaire d’Etat soucieux d’éviter de faire de la politique. Elizabeth lui a emboîté le pas. C’est ainsi que celle qui fut reine pendant soixante-dix ans – à peine deux de moins que Louis XIV – a contribué à unifier un royaume de plus en plus éclaté. Mais que deviendra cette union à présent ?
Le sens du service public s’impose comme une évidence à la génération de la guerre. Aussi, en février 1945, Elizabeth rejoignit la branche féminine de l’armée britannique, l’Auxiliary Territorial Service, sous le matricule 230873. Après avoir suivi un cours de conduite et de mécanique, on l’affubla même du surnom de « Princesse mécanicienne ». En 1947, en tournée en Afrique du Sud, elle dévoila un peu d’elle-même dans un discours : « Toute ma vie, promit-elle, qu’elle soit longue ou courte, sera consacrée à votre service et au service de notre grande famille impériale à laquelle nous appartenons tous. Mais je n’aurai pas la force de tenir cette résolution seule, si vous ne vous joignez à moi, comme je vous invite à présent à le faire. »
Toujours, le devoir l’emporte sur l’émotion. En 1951, de retour d’un voyage de plusieurs mois à l’étranger, accueillie dans une gare londonienne par un prince Charles aux anges, âgé de 2 ans, elle lui serre la main. Elle était plus à l’aise pour témoigner de l’amour à ses chiens, des corgis, et la seule image d’elle, ou presque, en train de pousser des acclamations en public fut enregistrée lors de la victoire d’un de ses chevaux de course. Les Windsor sont restés une famille d’aristocrates cavaliers et chasseurs vieille école, éloignés de la vie culturelle et intellectuelle moderne.
Il vous reste 77.36% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.
Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.
Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois
Ce message s’affichera sur l’autre appareil.
Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.
Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).
Comment ne plus voir ce message ?
En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.
Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?
Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.
Y a-t-il d’autres limites ?
Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.
Vous ignorez qui est l’autre personne ?
Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.
Accédez à tous les contenus du Monde en illimité.
Soutenez le journalisme d’investigation et une rédaction indépendante.
Consultez le journal numérique et ses suppléments, chaque jour avant 13h.
Newsletters du monde
Applications Mobiles
Abonnement
Suivez Le Monde

source

https://seo-consult.fr/page/communiquer-en-exprimant-ses-besoins-et-en-controlant-ses-emotions

A propos de l'auteur

Avatar of Backlink pro
Backlink pro

Ajouter un commentaire

Backlink pro

Avatar of Backlink pro

Prenez contact avec nous

Les backlinks sont des liens d'autres sites web vers votre site web. Ils aident les internautes à trouver votre site et leur permettent de trouver plus facilement les informations qu'ils recherchent. Plus votre site Web possède de liens retour, plus les internautes sont susceptibles de le visiter.

Contact

Map for 12 rue lakanal 75015 PARIS FRANCE