Alison Bechdel, autrice BD : « Le dessin est un comportement obsessionnel pour garder des traces de ma vie » – Radio France

Sa bande dessinée « Le secret de la force surhumaine » est dans la sélection du Prix Médicis, l’un des prix littéraires les plus prestigieux. Une rareté en France pour le 9e art. Le livre raconte son rapport avec son corps, prétexte à une introspection passionnante. Rencontre avec l’autrice.
C’est le livre le plus inattendu de la rentrée. Alison Bechdel, l’intello américaine douée qui a fait de son histoire familiale, et de son homosexualité, la matière de ses précédentes BD, part sur les traces de son obsession pour le sport. La dessinatrice est une maniaque de l’exercice. Mais elle a ses raisons… Cette BD raconte le cheminement amoureux, artistique, spirituel et sportif qui l’a conduite à être la femme d’aujourd’hui : une artiste bien dans sa peau, qui se connaît bien, et qui sait ce qu’elle veut… Passionnant.
Le corps et les pensées ne font qu’un
Alison Bechdel : « On me pose souvent la question de mon rapport avec mon corps. Comme s’il était séparé de moi… De mon expérience de vie, j’ai appris que mon corps, c’est moi, et que mon enveloppe corporelle et mon esprit ne font qu’un. Alors que depuis mon enfance, lorsque je pensais à moi, je voyais mon cerveau… J’ai compris petit à petit que nos pensées font partie de notre corps et l’imprègnent tout entier.
La découverte des émotions
Je suis préoccupée par cette question du corps, qui me sert à me raconter dans ce livre parce que ma famille était très cérébrale. J’ai eu une enfance entourée de parents intellectuels qui réprimaient beaucoup leurs émotions. Qu’elles soient positives ou négatives, elles étaient bannies, vous n’aviez qu’à être heureux tout le temps.
J’ai appris, adulte, que les émotions existent et qu’elles sont stockées dans notre corps. On peut choisir de les ressentir ou de les dissocier. Il a fallu que je décide de les embrasser plutôt que de les enfouir. Cette démarche a été comme une mission et je souhaite à tout le monde de s’autoriser à toucher ses émotions. Nos vies n’ont pas forcément un sens, mais pour moi, il est utile d’imaginer que la mienne en a un : je suis ici pour apprendre, et devenir ce que je suis.
Raconter son histoire en dessin
Je ne sais raconter des histoires qu’avec des mots et des dessins. Je ne peux même pas combiner mes pensées sans l’image. Le dessin est une sorte de névrose, un comportement obsessionnel. J’ai besoin de capturer ma vie, de l’enregistrer et de garder des traces de moi-même. Quand j’étais petite, mes parents faisaient attention à moi lorsque je dessinais. Et je continue à le faire en écrivant ces mémoires.
Dessiner ce livre m’a pris huit ans en étant souvent interrompue. Comme j’ai passé beaucoup de temps à lire, je n’ai pas assez pratiqué le dessin. Je me suis un peu engourdie. Or, pour que votre main reste alerte, il faut pratiquer régulièrement. Je me suis donc donné des exercices à faire pour me remettre en forme, comme un entraînement de gym. Tous les jours, je dessine au pinceau à l’encre de Chine. Cela m’a aidé à représenter les relations entre le corps et l’esprit dans Le Secret de la force surhumaine.
Les douleurs physiques pour écarter la peine psychologique
Un peu de souffrance dans le sport peut-être un plaisir. C’est douloureux, mais, aussi, souvent apaisant. Cela me détourne de mes autres douleurs psychologiques. Ces douleurs physiques sont meilleures que les souffrances psychologique. Et c’est un sentiment merveilleux. C’est comme réussir une longue ascension de montagne à vélo : c’est une expérience qui vous booste.
Du sport pour évacuer la pression parentale
Mes parents étaient des personnages très présents dans ma vie, dans ma psyché. Ils étaient créatifs, très littéraires… Ils occupaient mon esprit comme une voix critique qui m’interrogeait tout le temps et me poussait à faire les choses autrement. Cela a pu être paralysant. J’ai toujours lutté contre cette pression. Parfois, je pense que je suis devenue autrice de BD parce que c’était un moyen de m’exprimer que mes parents ne comprenaient pas. Ils aimaient la littérature, et les Beaux-Arts. La BD a été une façon de me libérer d’eux. Et le sport y a contribué. Il m’a fait sortir de ma tête où mes parents vivaient !
Libérée de la pression sur le corps des femmes
Historiquement, les femmes sont le corps, et les hommes l’esprit. Ce qui a conduit à une objectification des femmes. Elles étaient regardées et se devaient de soigner leur apparence. Cela a changé. Malheureusement, les hommes subissent aujourd’hui eux aussi la pression sur leur aspect extérieur. Jeune fille, j’avais ce problème d’image de mon corps. Je m’interrogeais tout le temps : « Suis-je trop grosse ? Bien habillée ? » Mais à 19 ans, lorsque j’ai fait mon coming out de lesbienne, j’ai été capable de dépasser cela. Entre autres, parce que j’avais trouvé une communauté de personnes évoluées qui n’était pas dans ces jugements.
Jack Kérouac comme guide
Pour mes livres, j’aime faire des recherches, et lire des livres. Pour Le Secret de la force surhumaine, le plus important a été Les clochards célestes de Jack Kerouac, un texte important pour moi quand j’étais jeune. Je savais que j’avais une connexion avec ce texte : il y est question de montagne, de transcendance, de bouddhisme… Des choses qui rejoignent ma propre quête que je raconte dans le livre. J’ai donc refait le tour de Kérouac dans la Sierra Nevada. J’ai marché comme lui, même si je ne suis pas allé au sommet du Matterhorn – mais lui non plus !
La nomination au Prix Médicis
« Je suis très fière et honorée par cette nomination, mais aussi étonnée que cette BD soit l’une des premières à figurer dans un grand prix littéraire français. Aux Etats-Unis, c’est plus courant, et depuis plus longtemps. Pourtant, la BD fait moins partie de notre culture que chez vous… »
ECOUTER | Bulles de BD sur Le secret de la force surhumaine
Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d’intérêt.
Vous trouvez cet article intéressant ?
Faites-le savoir et partagez-le.
Références

source

https://seo-consult.fr/page/communiquer-en-exprimant-ses-besoins-et-en-controlant-ses-emotions

A propos de l'auteur

Avatar of Backlink pro
Backlink pro

Ajouter un commentaire

Backlink pro

Avatar of Backlink pro

Prenez contact avec nous

Les backlinks sont des liens d'autres sites web vers votre site web. Ils aident les internautes à trouver votre site et leur permettent de trouver plus facilement les informations qu'ils recherchent. Plus votre site Web possède de liens retour, plus les internautes sont susceptibles de le visiter.

Contact

Map for 12 rue lakanal 75015 PARIS FRANCE